Blogue / Test / On a testé : Celeste sur Shadow !
On a testé : Celeste sur Shadow !

On a testé : Celeste sur Shadow !

Un peu plus près des étoiles...

Il y a 16 mars 2018

Celeste signe le retour sur le devant de la scène de Matt Thorson et son équipe, à qui l’on doit déjà l’excellentissime Towerfall Ascension. Parti d’un petit projet presque anodin, ce nouveau titre se présente comme un platformer aussi exigeant que brillant, tout en dévoilant une sensibilité inhabituelle pour le genre.

Certaines personnes ont la chance de descendre la montagne à cheval. D’autres doivent quant à elles la monter à pied ou à la force des bras. L’héroïne du nouveau jeu de Matte Makes Games – baptisée Madeline par défaut – fait partie de la deuxième catégorie. On ne sait pas bien ce qui l’amène au pied du Mont Celeste. Tout juste comprend-on qu’il y a une dimension cathartique à cette ascension. L’envie de se dépasser ? La volonté de se prouver quelque chose ou plus simplement d’oublier une épreuve difficile dans sa vie ? Le jeu ne nous le dit pas, mais laisse tout de même transparaître une douce mélancolie, notamment à travers sa magnifique bande-son et ses paysages accidentés où règne la solitude. Quoi qu’il en soit, Madeline n’a pas froid aux yeux et elle a décidé d’atteindre le sommet. Un voyage en sept chapitres qui sont autant de leçons de game design et de démonstrations de level design.

SIMPLE ET SOPHISTIQUÉ A LA FOIS

Comme nous l’avons dit en introduction, Celeste est un jeu de plateforme qui repique quelques-uns des éléments essentiels de Towerfall Ascension, à commencer par son esthétique 8-bit aussi ravissante qu’efficace. Un style qui peut sembler limité au premier abord et qui pourtant réussit à nous faire passer ce sentiment d’isolement à merveille. Mais la filiation entre les deux jeux va plus loin, puisque Celeste hérite aussi de la prise en main très souple de Towerfall. Madeline peut ainsi escalader ou rester agrippée à des parois verticales pendant un temps limité. D’autre part, elle est capable de dasher dans n’importe quelle direction, une capacité qui devra être rechargée après utilisation en mettant le pied sur une plateforme. Celeste est donc un modèle d’ergonomie et d’accessibilité quant à sa jouabilité. Néanmoins, sur cette base très simple – un jeu de plateformes 2D avec une palette de mouvement réduite – Matt Makes Games va tisser des mécaniques d’une remarquable technicité.