Blog / Test / On a testé : Ghost of a Tale sur Shadow !
On a testé : Ghost of a Tale sur Shadow !

On a testé : Ghost of a Tale sur Shadow !

Rat Devil et rat des chants...

Il y a 5 juin 2018

Projet indépendant coordonné quasi en solo par l’animateur français Lionel Gallat, qui a fait ses armes chez Dreamworks et Universal, Ghost of a Tale est une merveilleuse fable nous plongeant dans la peau de Tilo, une souris ménestrel retenue captive par un gang de rats. Dans de magnifiques décors, vous devrez prendre la poudre d’escampette en s’acoquinant avec une foule bigarrée de personnages, jusqu’à retrouver votre dulcinée.

Une lugubre cellule aux murs rongés par les champignons, perdue dans les catacombes d’un donjon aux griffes d’une horde de rats : tel est le funeste point de départ de Tilo, la souris ménestrel qui n’aspire qu’à une chose - retrouver sa douce Merra, elle aussi retenue captive. Alors que le frêle rongeur ne peut rompre sa solitude qu’en jouant avec le petit grelot qui orne son couvre-chef, un événement inattendu se produit : la herse de sa cellule se soulève mystérieusement, lui offrant le point de départ d’une splendide quête à travers tout le château et ses environs.

Splendide, le mot est lâché. Car ce qui frappe dès les premières minutes de jeu, c’est bien le soin d’orfèvre apporté à la réalisation de Ghost of a Tale. Les animations et les décors sont à couper le souffle et on se surprend bien souvent à laisser le temps défiler, pour admirer Tilo se gratter le bout du museau ou les rats faire leur ronde, empêtrés dans leur lourde armure. Il faut dire que le jeu est l’œuvre personnelle de Lionel Gallat, un perpignanais passé chez Dreamworks et Universal en qualité d’animateur et de chef de studio (Moi, moche et méchant, Spirit: L’étalon des plaines, Le Prince d’Égypte…). Débuté en 2013 sous la forme d’un projet au financement participatif, Ghost of a Tale se nourrit ainsi de tous ses travaux précédents en mêlant son talent d’illustrateur à une volonté farouche de réinventer les codes de la narration et des interactions. Nous vous conseillons d'y jouer sur Shadow via une TV connectée ou un écran doté d'une belle résolution pour pouvoir vous plonger pleinement dans cet univers au charme envoûtant.

Bien inoffensive face aux rats lourdement armés, la souris ne va en effet pouvoir compter que sur sa jugeote et sa célérité pour mener à bien son épopée. Vous devrez ainsi profiter de tous les éléments du décor, des coffres aux armoires en passant par les tonneaux, pour vous tapir et ne pas vous faire remarquer par les gardes. Mais au-delà des geôliers, le château grouille de vie et vous pourrez tour à tour compter sur vos rencontres avec un forgeron, de loufoques compagnons de cellule ou un alchimiste fou pour mieux vous équiper et retrouver enfin votre dulcinée.